Opinions

Quelques billets d’humeur !


Le management de transition, une top solution pour un besoin ponctuel

24 juillet 2020

Pour une entreprise ou une organisation, le management de transition apporte une compétence stratégique et immédiatement opérationnelle, sur une durée limitée.
S’imposant il y a quelques années dans les situations de crise -pour pallier un déficit de management ou pour initier une nouvelle organisation du travail-, le métier couvre désormais un spectre plus large de situations, pour mener un projet stratégique, rentabiliser un outil de production, ou gérer une période de forte croissance.

Le manager de transition met à disposition de l’entreprise son expérience et ses talents de manager pour prendre en charge un service, une division, voire l’entreprise elle-même, pour régler une situation ou pour conduire un projet d’envergure. Son intervention ponctuelle évite à l’entreprise l’investissement d’un recrutement. Il offre également l’avantage de l’immédiateté. Le manager de transition est un décideur, un homme ou femme d’action et de projet. Il conçoit et met en œuvre des solutions spécifiques à l’entreprise, au plus près de la réalité du terrain. Ses missions sont stratégiques et uniques.

Les ressources humaines sont la pierre angulaire de toute mission de management. L’adhésion et la collaboration de l’équipe, l’écoute active et le dialogue sont des pré-requis. Le manager de transition prend le temps de consulter chaque personne avec qui il sera en contact étroit, collaborateurs directs ou proches. Il identifie les motivations de chacun, sollicite leur analyse de la situation et prend note de leurs suggestions. Etape cruciale dans le diagnostic, cette phase de communication permet d’instaurer un bon niveau de confiance, de prendre le pouls et d’identifier les pistes de progrès.

Chaque situation est spécifique. Chaque entreprise est particulière. Chaque collaborateur est unique. Le copier-coller n’est pas la norme. Le manager de transition analyse la situation, les problématiques de l’entreprise, prend de la hauteur et propose un plan d’action sur mesure. Il utilise son expérience pour établir un diagnostic rapide et pertinent. Les solutions sont souvent peu éloignées. Il suffit souvent d’écouter, …et entendre. Puis de fédérer les équipes… .

Laissez vos commentaires

Les recruteurs prévoient d’avoir de plus en plus recours aux travailleurs indépendants

5 mai 2020

Extrait www.francetvinfo.fr

Une nouvelle étude montre que le recours aux travailleurs indépendants par les entreprises est en train de gagner du terrain en France.

La “gig économy” est l’économie du travail à la tâche, fourni par des travailleurs indépendants, extérieurs à l’entreprise. Une nouvelle étude montre que ce mode de fonctionnement est en train de gagner du terrain en France.

Pratiquement un professionnel du recrutement sur deux, 42% exactement, envisage d’augmenter dans les années à venir le nombre de travailleurs indépendants qui fournissent des services à leur entreprise. C’est une étude du cabinet de conseil Kom Ferry qui met cette tendance en évidence. De quels travailleurs indépendants parle-t-on ? Des experts. Les nouvelles technologies ont rendu le monde du travail plus complexe. On a de plus en plus besoin de spécialistes très pointus. Les entreprises, plutôt que de les former en interne, préfèrent de plus en plus s’attacher leurs services le temps d’une mission. Ce sont eux dont le nombre devrait s’accroître dans les prochaines années. C’est ça, la “gig economy”.

Les entreprises y trouvent des avantages.

Le coût d’abord, bien sûr, même si le recours à un travailleur indépendant peut sembler plus coûteux, à l’heure. Une récente étude montrait qu’en France, un consultant facturait en moyenne 1 030 euros de la journée. Mais les professionnels du recrutement interrogés estiment qu’au final, parce que les experts extérieurs à l’entreprise sont plus performants, ils finissent par permettre de réaliser des économies de fonctionnement.

Autre grand avantage pointé par les recruteurs : les consultants extérieurs sont plus faciles à manager que les troupes en interne. Ils auraient même, pour six recruteurs sur dix, un impact positif sur la culture de l’entreprise. Pourquoi ? Parce qu’ils apportent de l’extérieur de nouvelles façons de faire. Ils travaillent avec des clients divers. Ils peuvent donc inspirer les travailleurs de l’entreprise à laquelle ils louent leurs services. Ils deviennent si précieux qu’il faut tout faire pour les retenir. C’est en train de devenir un souci pour les entreprises fortement consommatrices de consultants extérieurs. Il faut les fidéliser. Les empêcher de partir à la concurrence. D’où l’arrivée, en interne, du chief freelance officer. Il est chargé de recruter, et surtout de chouchouter, les meilleurs consultants. Clairement, pour tous ceux qui ont une expertise pointue, il est en train de devenir plus intéressant de vendre ses compétences au plus offrant plutôt que de rester attaché à la même entreprise.

Laissez vos commentaires

Managers à temps partagé, des accélérateurs pour la croissance de l’entreprise

24 avril 2020

A raison de quelques jours/homme par mois, les dirigeants d’entreprises peuvent s’entourer de professionnels de très bon niveau pour les accompagner, développer et mettre en oeuvre leur stratégie marketing.

Une solution souple et financièrement accessible qui offre beaucoup d’avantages.
Car embaucher un directeur marketing aguerri coûte… .
Plus de 70k€ annuels pour recruter un professionnel expérimenté, ce qui n’est pas à la portée de toutes les entreprises.

Un directeur marketing à temps partagé interviendra un à trois jours par semaine, sur une durée déterminée pour aider un dirigeant à accélérer son business, réagir face à une baisse de son activité, voire anticiper une évolution de son marché.
Avec de nombreux avantages : une disponibilité immédiate, l’assurance de bénéficier de compétences solides, la possibilité d’interrompre cette collaboration une fois les besoins satisfaits ou bien d’espacer les interventions dans le temps… . Une formule très souple qui peut revêtir ­plusieurs formes : recruter un directeur marketing à temps partiel, faire appel à une agence qui facturera les ­prestations ou encore recourir aux services d’un indépendant.
Pour un coût qui reste très raisonnable compte tenu de la contribution au résultat de l’entreprise : 3 à 4 k€ net par mois pour l’intervention d’un professionnel un jour par semaine.
Au delà de la question du coût, les dirigeants apprécient tout particulièrement de pouvoir disposer d’un professionnel quand ils en ont besoin et au niveau d’intervention dont ils ont besoin. Le chantier commence souvent par un travail de fond, une sorte de mise à plat qui débouche sur un plan marketing stratégique. Le manager accompagnera l’entreprise sur une étude de marché, interviendra sur la signature de la marque, le logo, les packagings,… . Il travaillera sur les contenus de marque et la communication digitale… . Il pourra même mettre en place une petite équipe marketing en s’appuyant sur les compétences existantes dans l’entreprise… .

En matière d’organisation, les dirigeants apprécient également de pouvoir s’entourer ponctuellement de compétences, qui, avec leurs “yeux neufs”, les aident à faire évoluer leur organisation -transversale et verticale-, à comprendre les besoins essentiels des salariés -levier de leur mobilisation-, à structurer les process de l’entreprise.
Comme le directeur marketing, le manager organisation à temps partagé intervient un à trois jours par semaine, sur une durée de quelques semaines ou mois. Son intervention étant temporaire, il peut aussi quelquefois “porter” les décisions difficiles… .

Managers à temps partagé, une solution souple et accessible pour accélérer le business des entreprises.

Laissez vos commentaires